Chris Herzfeld
FR






 

Colloque

Les études animales sont-elles bonnes à penser ?

Université de Strasbourg

 

Maison Interuniversitaire des Sciences de l'Homme, Alsace

Strasbourg

Du 8 au 10 novembre 2017

 

Conférence

Humains et Chimpanzés. Partage d'existences et échanges interspécifiques

 

M'appuyant sur cinq cas d'adoption de jeunes femelles chimpanzés (Meshie, Gua, Viki, Pépée et Lucy) par des humains entre 1929 et 1977, je propose d'interroger certaines formes de rencontres interspécifiques (Homo sapiens et Pan troglodytes) en mobilisant divers champs disciplinaires, de l'histoire à la primatologie, de l'éthologie à l'ethno-primatologie, de l'anthropologie des sciences à la philosophie.

Lors de ces cohabitations marquées par l'établissement de liens extrêmement forts entre humains et singes (par exemple entre Meshie et un curateur de l'American Museum of Natural History de New York, Henry Cushier Raven, ou entre Léo Ferré, sa compagne Madeleine Rabereau et Pépée), ces femelles chimpanzés s'approprièrent des habitudes, des techniques, des savoirs et des savoir-faire humains, à un degré auquel nous ne nous attendions pas. Elles ne s'arrêtèrent pas là : elles intégrèrent également en profondeur certains linéaments de l'ethos, de la manière-d'être-au-monde, de ceux qui les adoptèrent, allant pour certaines, jusqu'à "se prendre pour des humaines". Ces différents cas d'intégration de chimpanzés dans des familles constituent des témoignages exceptionnels, susceptibles de nous aider à comprendre la singularité des relations entre humains et grands singes, à mettre en œuvre l'injonction derridienne dans "L'animal que donc je suis", à approfondir la question des "devenirs" au sens thématisé par Gilles Deleuze et Félix Guattari, à explorer la question de l'individuation dans le champ de l'éthologie, ainsi qu'à remettre en cause la pertinence de l'idée de frontière entre humanité et animalité.

 

 

http://www.misha.fr/accueil.htm

 

Photo : Harry Cushier Raven et la femelle chimpanzé Meshie (Courtesy : Henry Mercelis Raven).

 

 

 

Les études animales sont-elles bonnes à penser ?

(Re)inventer les sciences, (re)penser la relation Homme/Animal

 

Ce colloque est organisé dans le cadre du programme de la Maison interuniversitaire des Sciences de l'Homme - Alsace (MISHA) 2017-2018 " La rencontre homme-animal au croisement de la religion, de la culture et de la science. Généalogie et perspectives" porté par Aurélie Choné et Catherine Repussard. Nous partons du constat qu'il existe un "tournant animal(iste)" dans l'histoire des sciences et des savoirs. Depuis déjà quelques décennies, la "question animale" est tellement structurante qu'elle reconfigure les disciplines elles-mêmes : de la philosophie émerge la philosophie animale, de l'histoire l' "histoire animale", de la sociologie la "sociologie avec ou pour les animaux", des études littéraires les études animales littéraires, de l'éthique l'éthique animale, du droit le droit animal ; les études postcoloniales et les études visuelles s'intéressent de plus en plus à l'animal ; la théologie s'ouvre à l'écothéologie et à une théologie de la création qui se penche plus volontiers sur la place de l'animal, etc. Ce colloque se propose d'étudier les décentrements épistémologiques parfois rendus nécessaires par ces nouvelles postures faisant une place aux animaux, ainsi que l'ouverture inter- et transdisciplinaire qu'elles présupposent (vers l'éthologie, la zoologie, la primatologie, la morale, la politique par exemple) et les hybridations disciplinaires auxquelles elles donnent lieu (ethnozoologie, zoosémiotique, zoopoétique, anthropozoologie, éthologie philosophique...).

Notre questionnement portera également sur les résistances au sein de certaines disciplines et sur les raisons de ces résistances. Celles-ci révèlent d'autres enjeux, autant religieux et idéologiques que politiques et économiques, notamment liés à l'industrie (pharmaceutique, alimentaire, du luxe...). Dans la recherche fondamentale, évoquons notamment les réticences de certaines disciplines (chimie, biologie et médecine, notamment médecine vétérinaire...) à abandonner l'expérimentation sur l'animal, ou bien, pour ce qui est de la théologie et des sciences religieuses, le poids de certains impératifs doctrinaux issus des textes fondamentaux, des traditions ou des cultures religieuses.

Une attention particulière sera accordée aux réflexions menées en France et en Allemagne. On s'attachera à interroger l'émergence des reconfigurations disciplinaires et la dynamique de recherche sur ces questions dans les deux pays afin de dégager leurs différences ou similarités.

 

Les actes de ce colloque feront l'objet d'une publication.

 

Responsables : Aurélie Choné et Catherine Repussard

 

Lieu : Salle des conférences, Alsace (USR3227-MISHA) - 5 Allée du Général Rouvillois - CS 50008, 67083 Strasbourg

 

<< Back